Baux de villégiature sur les terres publiques du Nord-du-Québec selon les régions de provenance des détenteurs, 2010

 

BUT ET OBJECTIF

La série de cartes qui suit (cliquer sur le nom de la région en question) vise à montrer la répartition des baux de villégiature situés dans la région du Nord-du-Québec (la Jamésie). Les cartes ont pour but aussi d’analyser leur concentration et leur dispersion sur le territoire en 2010 selon les régions de provenance des détenteurs de baux.

 

ASPECTS MÉTHODOLOGIQUES

Les données sur les baux de villégiature proviennent des fichiers du ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec. On y trouve notamment les informations relatives à la localisation géographique (latitude et longitude) et aussi l’adresse, dont le code postal du lieu de résidence des détenteurs. Les données relatives au découpage en régions, en MRC et en municipalités proviennent du ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire (MAMROT. Chaque point représente un bail.

Pour plus de détails, voir le texte sur la Présentation du projet.

 

COMMENTAIRES

Passons maintenant en revue la distribution géographique des baux de villégiature du Nord-du-Québec en fonction de chacune des régions du Québec.

L’Abitibi-Témiscamingue, avec ses 172 détenteurs, soit 21,5 % des 800 baux, est la région qui possède le plus de baux dans la MRC de Jamésie après les résidents de cette propre région. Malgré le fait que les baux soient quand même passablement répartis sur le territoire, on remarque que les Abitibi-Témiscamiens ont une préférence pour le sud du territoire, secteur à la frontière de leur propre région. Il est évident que la distance à parcourir a un impact important.

Il n’y a qu’un seul détenteur qui provient du Bas-Saint-Laurent. La localisation de son bail de villégiature, complètement au sud-est de la région d’accueil, est compréhensible en raison des distances et des liens routiers.

La région de la Capitale-Nationale, épartis surtout dans les secteurs de Chibougamau-Chapais. Il est donc évident que ces villégiateurs empruntent la route 175 à quatre voies divisées pour se rendre en Jamésie.

Les 15 (1,88 %) détenteurs provenant de Chaudière-Appalaches profitent également de la route 175 à quatre voies divisées et s’établissent davantage dans le secteur de Chibougamau-Chapais.

La combinaison des régions de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches fournit 34 baux à la Jamésie, soit 4,25 %. Les détenteurs, comme on l’a vu pour les régions individuelles, doivent emprunter la route 175 pour se rendre en Jamésie et s’installer très largement autour de Chibougamau ainsi que dans une zone au sud de cette ville.

Les 14 (1,75 %) baux des résidents de la région du Centre-du-Québec, pour leur part sont distribués d’une manière régulière au sud de la MRC. À première vue, il est possible de croire qu’une part de ces résidents se déplacent par la route de La Tuque (route 155)/réserve faunique des Laurentides (route 175) et que l’autre part va se déplacer par l’Abitibi-Témiscamingue pour se rendre à destination.

La Côte-Nord, bien que très peu présente sur le territoire jamésien, possède seulement 3 baux (0,38 %) situés près de Chibougamau-Chapais et accessibles par le Saguenay—Lac-Saint-Jean, probablement par la route 172 en passant par la ville de Saguenay.

Les locataires provenant de l’Estrie sont au nombre de 15 (1,88 %). Leur distribution, relativement étalée, semble avoir une préférence pour le secteur sud qui est plus facilement accessible. L’accès au territoire d’accueil par le Saguenay—Lac-Saint-Jean et l’Abitibi-Témiscamingue est envisageable.

On compte 29 baux (3,63 %) détenus par les résidents de la région de Lanaudière. Ces baux sont répartis surtout dans le sud de la Jamésie (assez régulièrement) à peu près également autour de Matagami et de Chibougamau. Par contre, quelques-uns occupent la partie nord du territoire autour des grands réservoirs. On peut s’imaginer qu’une majeure partie des villégiateurs passent par les routes de l’Abitibi-Témiscamingue.

Les détenteurs de baux qui partent des Laurentides sont au nombre de 30 (3,75 %). Leur répartition ressemble à celle de l’Estrie. Les baux occupent à peu près en nombres égaux les deux portions de la bande sud de la Jamésie. Sans doute que la moitié d’entre eux passe par la route 175 pour se rendre dans les alentours de Chibougamau; les autres passant par l’Abitibi-Témiscamingue.

La région de Laval alimente peu les baux de la Jamésie avec seulement 6 baux (0,75 %). Chose assez curieuse, les baux sont tous situés dans les environs de Chibougamau et de Chapais. On suppose alors que les détenteurs s’y rendent en empruntant la route 155. On aurait tendance à croire que les résidents de Laval auraient davantage préféré passer par l’Abitibi-Témiscamingue vu la grande distance les séparant de Chibougamau et de Chapais, mais ce n’est pas le cas. Il est évident que ces derniers circulent par le Lac-Saint-Jean pour accéder à la Jamésie.

Les 13 locataires de baux provenant de la Mauricie (1,63 %) sont groupés dans le secteur de Chibougamau et de Chapais. Il est évident que les locataires provenant de la Mauricie empruntent la route 155, puis la route 167 pour accéder à la Jamésie.

Les 40 (5,00 %) villégiateurs provenant de la Montérégie sont les plus nombreux après ceux de l’Abitibi-Témiscamingue. D’ailleurs, même s’ils sont moins nombreux, leur distribution ressemble étrangement à celle des résidents de l’Abitibi-Témiscamingue: passablement éparpillés sans concentrations évidentes.

Il y a 7 villégiateurs provenant de la région de Montréal (0,88 %). Tout comme pour Laval, ces locataires semblent préférer le secteur de Chibougamau-Chapais et ne circulent probablement pas par l’Abitibi pour accéder à la Jamésie.

La région du Nord-du-Québec, avec ses 383 (47,88 %) résidents, remporte le gros lot. Les baux sont distribués le long des routes de la région avec une nette concentration au sud-est, c’est-à-dire dans le secteur de Chibougamau et de Chapais. Ces deux municipalités réunies forment le plus grand bassin de population de la Jamésie, ce qui laisse présumer que plusieurs de leurs résidents préfèrent établir leur chalet non loin de leur lieu de résidence principale.

On compte 16 (2,00 %) baux de villégiature loués par les gens de l’Outaouais. Ils sont uniformément distribués sur le territoire. En portant attention à la situation géographique de la région par rapport à la Jamésie, on peut supposer qu’ils empruntent majoritairement la route 109 pour accéder au Nord-du-Québec.

Il y a 32 (4,00 %) villégiateurs résidant dans la région du Saguenay—Lac-Saint-Jean. C’est peu pour une région accolée à la Jamésie. Ceux-ci s’établissent principalement dans le secteur de Chibougamau et de Chapais. Ils parcourent très peu de kilomètres pour accéder à leur site de villégiature comparativement aux résidents des autres régions du Québec. Il faut bien sûr se rappeler que les Saguenéens et les Jeannois sont déjà très bien desservis à l’intérieur de leur propre région.

La Jamésie n’attire que 5 villégiateurs de l’extérieur du Québec (0,63 %). Les baux sont tous situés au sud-ouest de la Jamésie à proximité de la route 109. Si on regarde plus attentivement la provenance de ces villégiateurs (non illustrée), on comprend les raisons du choix de l’emplacement. En fait, mis à part un villégiateur provenant des Territoires-du-Nord-Ouest, tous les autres proviennent de l’Ontario, province adjacente à la région du Nord-du-Québec.

Il est à noter que les résidents de la région de la Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine ne contribuent aucunement à l’activité de villégiature de la Jamésie.

Région administrative

Nombre de baux

Pourcentage

Abitibi-Témiscamingue

172

21,50

Bas-Saint-Laurent

1

0,13

Capitale-Nationale

19

2,38

Chaudière-

Appalaches

15

1,88

Capitale-Nationale et Chaudière-

Appalaches

34

4,25

Centre-du-Québec

14

1,75

Côte-Nord

3

0,38

Estrie

15

1,88

Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine

0

0,00

Lanaudière

29

3,63

Laurentides

30

3,75

Laval

6

0,75

Mauricie

13

1,63

Montérégie

40

5,00

Montréal

7

0,88

Nord-du-Québec

383

47,88

Outaouais

16

2,00

Saguenay–Lac-Saint-Jean

32

4,00

Hors Québec

5

0,63

 

800

100,00

 

RÉFÉRENCES

Cliquer ici.

_______

Catherine JOBIN, Majella-J. GAUTHIER et Carl BRISSON.

Atlas électronique du Saguenay—Lac-Saint-Jean: www.uqac.ca/atlas.

Laboratoire d’expertise et de recherche en géographie appliquée (LERGA).

Université du Québec à Chicoutimi. Décembre 2011.