Emplois dans le secteur primaire en 1996


BUT ET OBJECTIF

L’objectif de cette carte est de montrer la variation dans l’espace du nombre d’emplois occupés dans le secteur primaire ainsi que son importance par rapport au nombre total d'emplois.

ASPECTS MÉTHODOLOGIQUES

Les données proviennent de l'Institut de la statistique du Québec. Les emplois dans le secteur primaire concernent l’occupation exercée par les personnes de 15 ans et plus qui résident dans chaque municipalité (subdivision de recensement). Cela comprend les activités agricoles, de pêche et du piégeage, de l’exploitation forestière, des mines et des carrières. Il est à noter que ces données décrivent l’occupation des personnes qui résident dans chaque municipalité, ce qui ne veut pas toujours dire que les emplois sont exercés dans celle-ci. Par contre, comme la majorité de ces emplois a trait à l’agriculture, nous sommes en mesure de dire qu’il y a une assez bonne concordance.

 

Nombre d’emplois

Pourcentage

Nombre total

7 450,00

 

Étendue

595,00

41,00

Médiane

77,50

13,28

Moyenne

124,17

15,21

Écart type

116,39

9,86

Coefficient de variation

0,94

0,65

Moyenne générale

 

6,07

COMMENTAIRE

La répartition du nombre d’emplois dans le secteur primaire montre un faible écart entre les données. Le plus grand nombre se trouve habituellement là où la population est généralement localisée, c'est-à-dire dans les centres urbains. Chicoutimi et Jonquière comptent 14 % des emplois dans ce secteur, soit 1 015 emplois sur 7 450. En général, les emplois apparaissent en bon nombre dans les aires agricoles de la région: plaine d’Hébertville, la bande Chambord–Saint-Prime et la plaine de Normandin; auxquelles s’ajoute la plaine de Laterrière. Ailleurs, les chiffres atteignent rarement 75 emplois.

Municipalités

Nombre d'emplois secteur primaire

Pourcentage d'emplois secteur primaire

LAC-KÉNOGAMI

0

0,00

CHICOUTIMI

595

2,10

JONQUIÈRE

520

2,19

LA BAIE

235

2,67

ALMA

365

3,13

LAROUCHE

20

3,81

ROBERVAL

250

4,65

SHIPSHAW

60

4,80

MASHTEUIATSH

30

5,00

DESBIENS

25

5,21

CANTON TREMBLAY

85

5,65

DOLBEAU

215

6,01

SAINT-FÉLICIEN

305

6,92

SAINT-STANISLAS

10

8,00

SAINT-FÉLIX-D'OTIS

20

8,16

LATERRIÈRE

200

8,51

HÉBERTVILLE-STATION

50

8,77

MÉTABETCHOUAN

140

9,49

SAINT-NAZAIRE

80

10,06

SAINT-ANDRÉ-DU-LAC-SAINT-JEAN

20

10,26

SAINT-AMBROISE

150

10,64

MISTASSINI

295

10,77

L'ASCENSION-DE-NOTRE-SEIGNEUR

75

11,03

SAINT-DAVID-DE-FALARDEAU

95

11,45

DELISLE

210

11,63

SAINT-FULGENCE

110

12,36

SAINT-BRUNO

130

12,38

CHAMBORD

85

12,41

SAINT-HONORÉ

200

12,58

HÉBERTVILLE

135

12,92

SAINTE-HEDWIDGE

45

13,64

LABRECQUE

50

13,70

L'ANSE-SAINT-JEAN

65

14,29

SAINTE-MONIQUE

50

14,49

SAINT-FRANÇOIS-DE-SALES

45

14,75

SAINTE-JEANNE-D'ARC

65

14,77

SAINT-CHARLES-DE-BOURGET

50

15,38

LA DORÉ

105

16,41

SAINT-GÉDÉON

130

16,46

RIVIÈRE-ÉTERNITÉ

40

16,67

SAINT-PRIME

205

16,87

PETIT-SAGUENAY

65

17,81

SAINT-MÉTHODE

95

18,81

NORMANDIN

310

20,00

SAINT-THOMAS-DIDYME

65

20,00

SAINT-HENRI-DE-TAILLON

60

20,34

ALBANEL

210

20,39

SAINT-LUDGER-DE-MILOT

70

22,58

SAINTE-ROSE-DU-NORD

35

22,58

BÉGIN

75

23,08

LAC-BOUCHETTE

145

25,22

SAINT-EUGÈNE

70

26,42

LAC-À-LA-CROIX

110

27,16

LAMARCHE

50

28,57

PÉRIBONKA

70

31,11

GIRARDVILLE

180

32,14

SAINT-EDMOND

75

33,33

FERLAND-ET-BOILLEAU

105

40,38

SAINT-AUGUSTIN

65

40,63

NOTRE-DAME-DE-LORETTE

35

41,18

La proportion que prennent les emplois du secteur primaire dans le total des emplois ne dépasse jamais 41 % et la moyenne des 60 municipalités s’élève à 15 %, ce qui est bien supérieur à la moyenne générale pour la région qui est de 6 %. Les cinq classes qui apparaissent sur la carte proviennent d’une analyse des discontinuités dans la série de données. Il n’y a pas de corrélation significative entre les pourcentages et le nombre d’emplois. Cependant, il est facile de dégager des ensembles spatiaux de l’importance relative des emplois. D’une part, elle est nettement plus faible dans l’axe urbain Alma-La Baie. D’autre part, les pourcentages les plus élevés sont dans les zones périphériques. Cela est plus marqué au nord et au nord-ouest du Lac-Saint-Jean, mais c’est aussi visible sur le bouclier et dans le Bas-Saguenay.

Cette carte mérite d’être comparée aux autres cartes qui traitent des secteurs d’activité et aux cartes d’utilisation du sol.


RÉFÉRENCES

GAGNON, Christiane, (1994), Profil social et économique des municipalités du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Dossier cartographie et statistique, Chicoutimi, 27 pages.

GAUTHIER, Majella-J. et Louis-Marie BOUCHARD (sous la direction de), (1981), Atlas régional du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Chicoutimi, Gaëtan Morin éditeur, planches F-1, F-2, F-6, F-20, F-21, F-22.


SOUTIEN FINANCIER

Fonds académique du réseau de l'Université du Québec (FODAR)

Fondation de l'Université du Québec à Chicoutimi (FUQAC)

Projets structurants à caractère régional (CRCD)

Table des préfets des quatre MRC du Saguenay–Lac-Saint-Jean

Majella-J. GAUTHIER, Carl BRISSON, Pierre-Martin CÔTÉ et Alain ROCH,

Laboratoire de télédétection et de géomatique, Université du Québec à Chicoutimi, janvier 2002.