SCOLARITÉ DE LA POPULATION EN 1991

La scolarité de la population en 1991, typologie municipale

 

GROUPEMENT ET COMPARAISON

L'analyse a pour but de montrer la structure municipale de la scolarité de la population, d'y déceler des variations spatiales et des patrons spatiaux. On sait que toute la région du Saguenay—Lac-Saint-Jean est bien desservie en termes d'écoles primaires et secondaires, de collèges (des cégeps à Chicoutimi, Jonquière, Alma et Saint-Félicien) et une université dont le siège principal est à Chicoutimi. On peut également se demander s'il y a des distinctions et des ressemblances entre les municipalités, par exemple en fonction de leur taille ou encore de leur activité économique et de leur localisation relative.

RECHERCHE D'UNE TYPOLOGIE

Est-il possible de regrouper les municipalités de la région en tenant compte en même temps de trois grands niveaux de scolarité de la population âgée de 15 ans et plus? Ces niveaux se présentent comme suit: 1) les personnes n'ayant pas atteint la 9e année; 2) celles ayant entre 9 et 13 ans d'études (secondaires, collégiales, écoles de métiers); et 3) celles ayant fait des études universitaires (diplômées ou non). Les données pour l'ensemble de la région indiquent que sur les 215 770 personnes âgées de 15 ans et plus, les taux de 18,2 %, 64,3 % et 17,5 % sont respectivement mesurés pour les trois niveaux. Il est tout à fait logique de penser que ces taux ne livrent que des informations générales et que des variations existent à l'échelle municipale.

Les traitements statistiques ont permis de convertir les chiffres absolus en pourcentages et de positionner sur un graphique triangulaire chacune des municipalités en se basant sur les valeurs des trois niveaux. Un découpage du graphique en plages géométriques présente une brochette de sept types de municipalités qui correspondent à la légende de la carte.

La carte illustre la répartition de ces types. Par exemple, Chicoutimi est la seule municipalité où le pourcentage de la population ayant suivi des cours universitaires dépasse 25 %. À l'opposé, il y a une petite municipalité qui ne compte aucune de ces personnes. En général, on remarque que les municipalités populeuses comme les villes ont relativement plus de personnes qui ont fréquenté les universités et aussi moins de personnes qui n'ont pas atteint la 9e année (voir le graphique de la position des municipalités). L'inverse s'applique pour les municipalités de petite taille en milieu rural. Également, les municipalités périurbaines comme celles autour de Jonquière et de Chicoutimi semblent plus scolarisées que celles situées aux marges de l'écoumène.

Le graphique donne une très bonne idée de la position des municipalités relativement à leur taille.

RÉFÉRENCE

GAGNON, Christiane, et autres (1994), Profil social des municipalités du Saguenay—Lac-Saint-Jean: dossier cartographique et statistique, Université du Québec à Chicoutimi, 17 pages et annexes.

Majella-J. GAUTHIER, Carl BRISSON et Claude CHAMBERLAND,

Laboratoire de télédétection et de géomatique, Université du Québec à Chicoutimi, juin 2001