Constance dans l'évolution de la population, 1951-2001


BUT ET OBJECTIF

La carte a pour objectif de montrer la constance ou la régularité qui caractérise l'évolution des effectifs de la population de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Nous nous sommes demandé si l'analyse de la variation de la population sur 50 ans permettait de déceler les espaces qui ont des rythmes semblables ou différents au cours de la période allant de 1951 à 2001. Cette carte touche à un thème qui s’inscrit dans la recherche d’une meilleure connaissance de la démographie des collectivités. Elle présente sous un autre angle la carte sur les profils de l'évolution de la population et la nuance d'une manière efficace.


ASPECTS MÉTHODOLOGIQUES

Il n'est pas toujours facile de décrire en même temps et d'une manière simple la variation des effectifs de la population de plusieurs collectivités. Cela est d'autant plus un défi lorsque les données correspondent à une série de recensements étalés sur une longue période. Plus souvent qu'autrement, les études ne tiennent compte que des modifications qui se sont exercées entre les deux années les plus éloignées (les deux termes); cette façon de faire indique une variation en effectifs et une variation en pourcentage. Cela est insuffisant puisqu’on sait très bien que des modulations peuvent intervenir, qu'il peut y avoir des périodes de gains ou de pertes de stabilité à l'intérieur d'une même collectivité.

La méthode qui a été utilisée ici repose essentiellement sur la fréquence, c'est-à-dire le calcul du nombre de tranches quinquennales qui accusent une augmentation d'effectifs par rapport aux dix tranches d'années qui composent la période à l'étude. Ainsi, une municipalité qui aura été l'objet de dix augmentations de la population durant les 50 dernières années obtiendra la valeur de dix.

Les données proviennent des divers recensements du Canada (à tous les cinq ans), soit de 1951 à 2001. À ce propos, nous avons été très stricts quant à l'emploi de ces chiffres. Ainsi, seuls les chiffres officiels du recensement ont été utilisés. La comparaison des entités spatiales a été effectuée en utilisant le découpage du territoire tel que l'a fait le Recensement du Canada de 2001. De cette manière, les espaces géographiques sont toujours les mêmes pour tous les recensements de 1951 à 2001. Par exemple, les limites d'Alma, définies pour l’année 2001, ont été utilisées pour 1951. Ainsi, Alma aurait compté 14 517 habitants en 1951 selon les limites de 2001 en raison des fusions successives de la cité d'Alma avec les villes et les municipalités environnantes: Saint-Joseph-d'Alma, ville de Riverbend, ville de Naudville, ville d’Isle-Maligne, Delisle, Saint-Cœur-de-Marie). Cette manière de faire vaut pour toutes les municipalités où des fusions ont eu lieu.

Quelques précisions supplémentaires méritent d’être apportées . Il est arrivé dans certains cas, comme par exemple à Canton-Tremblay, qu’il y ait eu une diminution de la population lors d'un recensement alors qu’il s’agissait en fait d’une perte d'espace au profit de la ville voisine. Comme il aurait été difficile de faire un nouveau partage, nous nous en sommes tenus aux chiffres du recensement.  Ajoutons que pour certaines petites municipalités qui ont été créées au cours de la période, il manquait des tranches de temps. Nous avons tout simplement réaménagé les chiffres comme si le total des tranches était au nombre de dix.

COMMENTAIRE

La carte illustre la répartition des valeurs obtenues. Plus les nombres sont grands, plus on peut dire qu'il y a une constance, une régularité dans l'augmentation des effectifs de la population; au contraire, plus ils sont petits, plus on peut voir une constance, une régularité dans la baisse des effectifs. La classification employée repose sur des intervalles égaux. Voici d'ailleurs un petit tableau montrant la fréquence par classe.

Nombre de municipalités par classe

Classe

Nombre

  0 – 1

  6

  2 – 3

14

  4 – 5

10

  6 – 7

16

  8 – 9

  9

10

  1

La municipalité de Laterrière occupe une des classes extrêmes et est située dans la couronne périurbaine du Haut-Saguenay, pour laquelle la population a continuellement augmenté, sans interruptions, au cours des recensements. À l'opposé, Notre-Dame-de-Lorette et Rivière-Éternité ont vu leur population décroître à toutes les tranches de la période étudiée.

L'image d'ensemble qui se dégage de la carte va ainsi. Il y a un corridor central allant de Saint-Félicien à Saint-Félix-d'Otis où les fréquences sont en général dans la moitié supérieure des classes; dans cette aire, la constance est plus marquée dans le Haut-Saguenay avec les centres urbains et les municipalités périurbaines. Ailleurs, comme dans le Bas-Saguenay, au nord-ouest du Lac-Saint-Jean et sur le bouclier au sud, plusieurs municipalités rurales sont caractérisées par des baisses régulières de la population. Il est à noter que respectivement la ville de Saguenay et la région tout entière obtiennent des scores de 7 sur 10 et de 8 sur 10.

Il reste maintenant à essayer de trouver les raisons et les processus qui expliquent tous ces comportements. Il y a des évidences: milieux urbains, milieux ruraux, espaces périurbains, espaces récréatifs, isolement, etc. Il y a aussi les fluctuations dans l'économie, la planification, les taux de la natalité, le bilan de migrations, etc. Somme toute, voilà une belle source de réflexion pour les acteurs du développement local et régional.

Tableau des fréquences par municipalité

Municipalité

Fréquence sur 10

Notre-Dame-de-Lorette

0

Rivière-Éternité

0

Saint-Augustin

1

Saint-Stanislas

1

Saint-Thomas-Didyme

1

Ferland-et-Boilleau

1

Saint-André-du-Lac-Saint-Jean

2

Saint-Edmond

2

Desbiens

2

La Doré

2

Péribonka

2

Hébertville

3

Saint-Charles-de-Bourget

3

Saint-Eugène

3

Saint-François-de-Sales

3

Chambord

3

Petit-Saguenay

3

Sainte-Hedwidge

3

Jonquière

3

Lamarche

3

Saint-Nazaire

4

Saint-Ludger-de-Milot

4

Girardville

4

Sainte-Rose-du-Nord

4

Lac-Bouchette

4

L'Anse-Saint-Jean

4

Hébertville-Station

5

Sainte-Monique

5

Bégin

5

Normandin

5

Saint-Félicien

6

Saint-Fulgence

6

Larouche

6

Métabetchouan–Lac-à-la-Croix

6

Albanel

6

Sainte-Jeanne-d'Arc

6

Saint-Henri-de-Taillon

6

Dolbeau-Mistassini

7

Saint-Ambroise

7

Saint-Bruno

7

Canton-Tremblay

7

L'Ascension

7

Saint-Gédéon

7

Shipshaw

7

Labrecque

7

Saint-Félix-d’Otis

7

Alma

8

La  Baie

8

Mashteuiatsh

8

Saint-Honoré

8

Saint-Prime

8

Chicoutimi

9

Roberval

9

Lac-Kenogami

9

Saint-David-de-Falardeau

9

Laterrière

10


RÉFÉRENCES

GAUTHIER, Majella-J. et Louis-Marie BOUCHARD (sous la direction de), (1981), Atlas régional du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Chicoutimi, Gaëtan Morin éditeur, Planche B5.


SOUTIEN FINANCIER

Fondation de l'Université du Québec à Chicoutimi (FUQAC)

Table des préfets des MRC

Projets structurants à caractère régional (CRCD)


Majella-J. GAUTHIER, Carl BRISSON et Martin DION. Laboratoire d'expertise et de recherche en télédétection et en géomatique, Université du Québec à Chicoutimi, novembre 2003.