Profils de l'évolution de la population, 1951-2001


BUT ET OBJECTIF

La carte a pour objectif de montrer la répartition spatiale des différents profils qui caractérisent l'évolution des effectifs de la population de la région du Saguenay– Lac-Saint-Jean . Nous nous sommes demandé si l'analyse de la variation de la population sur 50 ans permettait de voir des ressemblances et des oppositions entre les municipalités.  Si oui, peut-on déceler un mode de répartition géographique digne d'intérêt? Cette carte touche à un thème qui s’inscrit dans la recherche d’une meilleure connaissance de la démographie des collectivités.


ASPECTS MÉTHODOLOGIQUES

Il n'est pas toujours facile de décrire en même temps et d'une manière simple la variation des effectifs de la population de plusieurs collectivités. Cela est d'autant plus un défi lorsque les données correspondent à une série de recensements étalés sur une longue période. Plus souvent qu'autrement, les études ne tiennent compte que des modifications qui se sont exercées entre les deux années les plus éloignées (les deux termes); cette façon de faire indique une variation en effectifs et une variation en pourcentage. Cela est insuffisant puisqu’on sait très bien que des modulations peuvent intervenir, qu'il peut y avoir des périodes de gains ou de pertes de stabilité à l'intérieur d'une même collectivité.

La méthode qui a été utilisée ici repose essentiellement sur la confection d'une typologie réalisée selon une classification de diagrammes qui décrivent simplement la variation des effectifs de la population de chacune des 56 municipalités (subdivisions de recensement). Cette méthode s'inspire du traitement des courbes mis au point par Jacques Bertin ( 1967 ).

Les données proviennent des divers recensements du Canada (à tous les cinq ans), soit de 1951 à 2001. À ce propos, nous avons été très stricts quant à l'emploi de ces chiffres. Ainsi, seuls les chiffres officiels du recensement ont été utilisés. La comparaison des entités spatiales a été effectuée en utilisant le découpage du territoire tel que l'a fait le Recensement du Canada de 2001. De cette manière, les espaces géographiques sont toujours les mêmes pour tous les recensements de 1951 à 2001. Par exemple, les limites d'Alma, définies pour l’année 2001, ont été utilisées pour 1951. Ainsi, Alma aurait compté 14 517 habitants en 1951 selon les limites de 2001 en raison des fusions et des annexions successives de la cité d'Alma avec les villes et les municipalités environnantes: Saint-Joseph-d'Alma , ville de Riverbend , ville de Naudville , ville d’ Isle-Maligne , Delisle, Saint-Cœur-de-Marie ). Cette manière de faire vaut pour toutes les municipalités où des fusions ont eu lieu.

Quelques précisions supplémentaires méritent d’être apportées. Il peut arriver que des chiffres qui apparaissent dans les tableaux soient légèrement différents de ceux que vous pourriez trouver dans des sources secondaires; les différences sont toujours mineures et n'influencent pas vraiment l'analyse globale. Également, il est arrivé dans certains cas, comme par exemple à Canton-Tremblay , qu’il y ait eu une diminution de la population lors d'un recensement alors qu’il s’agissait en fait d’une perte d'espace au profit de la ville voisine. Comme il aurait été difficile de faire un nouveau partage, nous nous en sommes tenus aux chiffres du recensement. Ajoutons que dans quelques cas de jeunes municipalités, les données n'existaient tout simplement pas au début de la période étudiée; nous les avons analysées en tenant compte de ces manques.

La réalisation des diagrammes demeure assez conventionnelle. Il s’agit d’un système d'axes sur lesquels sont positionnés des points reliés par des segments de droite. Ces derniers donnent une image détaillée des effectifs de la population pour les 11 années de recensement. Afin de définir une forme simple, une silhouette, de ce qui se passe sur les 50 années, nous avons procédé à une généralisation mathématique. Celle-ci a été réalisée en exécutant une régression polynomiale du deuxième degré; elle résume en une seule courbe, dite courbe générale (un seul arc), la variation des effectifs de la population. Les diagrammes originaux pour chaque municipalité sont accessibles directement sur le site Internet de l'Atlas en cliquant sur la municipalité pour laquelle on désire avoir plus de détails.

Il serait hasardeux, à la lecture des diagrammes, de vouloir passer à des prévisions démographiques des municipalités; cependant, on ne peut empêcher personne de faire ses propres observations.

La présente carte est une synthèse de l'analyse des courbes généralisées. Elle montre des profils, des formes de courbes, qui ont été révélés par les diagrammes. Huit groupements de profils différents se dégagent, chacun rassemblant des courbes qui s'apparentent.


COMMENTAIRE

Les différents profils qui apparaissent sur la carte montrent d'abord deux choses: la variation des effectifs et le sens des taux de variation. S'ajoutent à cela des localisations géographiques privilégiées, c'est-à-dire qui s'organisent dans l'espace.

Le profil no 1: augmentation de la population et taux de variation positif . Ce type de profil concerne 11 municipalités. À ces endroits, l'augmentation de la population s'est vraiment fait sentir au cours des derniers recensements. On y trouve principalement les municipalités périurbaines autour des centres urbains du Haut-Saguenay . Au Lac-Saint-Jean , elles sont localisées aussi en périphérie des centres urbains sauf autour de Dolbeau-Mistassini . Soulignons que dans certains cas, l'attrait des ressources aquatiques s'additionne à la proximité urbaine; c'est ce qui se passe par exemple à Laterrière , à Lac-Kénogami et à Saint-Gédéon .

Le profil no 2: augmentation de la population et taux de variation relativement constant . Ce type de profil apparaît uniquement dans la couronne périurbaine au nord de Jonquière et de Chicoutimi. Seules Shipshaw et Saint-David-de-Falardeau font partie de ce groupe.

Le profil no 3: augmentation de la population et taux de variation négatif. Dix municipalités épousent la forme de ce type. Les centres urbains, sauf Jonquière, ont le même comportement: montée fulgurante dans la première moitié de la période puis un maintien ou une légère baisse vers la fin. Ailleurs, dans la majorité des cas, ce sont des municipalités qui ne sont pas très éloignées des centres urbains du Haut-Saguenay et du sud d'Alma. Ajoutons que la nouvelle ville de Saguenay et l'ensemble de la région épousent aussi ce profil (car les centres urbains ont une grande importance démographique).

Le profil no 4: baisse de la population et taux de variation négatif. On compte 11 municipalités dans ce groupe. Ici, les effectifs de la population se maintiennent assez élevés au début de la période mais déclinent rapidement dans la deuxième partie. Les municipalités qui empruntent ce comportement correspondent à des espaces ruraux situés à la périphérie de la région; elles sont davantage présentes au Lac-Saint-Jean bien que le Bas-Saguenay en compte deux.

Le profil no 5: baisse de la population et taux de variation relativement constant. Seule Péribonka fait partie de ce groupe.

Le profil no 6: baisse de la population et taux de variation positif. Il y a 14 municipalités qui épousent ce profil. À ces endroits, la chute de la population s'est fait sentir dès le début de la période pour se maintenir à un niveau plus bas au cours des derniers recensements. Les municipalités ayant ce comportement se localisent généralement à la marge de l'écoumène et partagent un mode de distribution spatiale sensiblement pareil au profil no 4. On remarque cependant une concentration plus grande de ce type au nord du Lac-Saint-Jean .

Le profil no 7 (en creux): baisse de la population suivie d'une augmentation, avec taux de variation positif. Cinq municipalités sont comprises dans cette classe. Ici, la population a décru au début de la période, mais a subi une augmentation lors des derniers recensements. On y trouve certaines municipalités rurales accolées à des centres urbains comme Dolbeau-Mistassini et  La Baie. Le cas de Saint-Félix-d'Otis mérite d'être souligné. Cette petite municipalité avait, au début de la période, toutes les caractéristiques des espaces ruraux peu dynamiques, mais depuis quelques temps, elle s'est transformée à la fois en milieu périurbain et en lieu de résidence dans un environnement naturel (présence de nombreux lacs et de la rivière Saguenay).

Le profil no 8 (en dôme) : augmentation de la population suivie d'une baisse, avec un taux de variation négatif. Quatre municipalités font partie de ce type. Ici, il y a un changement de direction dans la courbe de la population alors qu'un pic surgit au milieu de la période; la dernière partie montre une chute des effectifs. Deux municipalités vraiment périphériques appartiennent à ce groupe. Cependant, ce qui est étrange, mais pas surprenant, est de voir apparaître Jonquière, un centre urbain dont la vocation industrielle a décliné ces dernières décennies.

Finalement, d'un côté, la carte montre beaucoup de nuances dans l'évolution de la population des municipalités de la région. D'un autre côté, elle permet de dégager un patron spatial fait de couronnes successives. Au milieu, il y a les centres urbains qui, après une croissance évidente plafonnent actuellement (c'est le type 3); vient ensuite une première couronne composée d'espaces de banlieue et périurbains où la population croît en flèche surtout depuis les 20 dernières années (types no 1, no 2, et no 7); puis une deuxième et dernière couronne caractérisée par une baisse généralisée de la population et comportant des nuances évidentes (types no 4, no 5, no 6 et no 8).

Il reste maintenant à essayer de trouver les raisons et les processus qui expliquent tous ces comportements. Il y a des évidences: milieux urbains, milieux ruraux, espaces périurbains, espaces récréatifs, isolement, etc. Il y a aussi les fluctuations dans l'économie, les politiques, les taux de la natalité, le bilan de migrations, etc. Somme toute, voilà une belle source de réflexion pour les acteurs du développement local et régional.

Nous tenons à remercier André Arsenault pour ses conseils judicieux.

Tableau des populations par municipalité 1951-2001

Municipalités

1951

1956

1961

1966

1971

1976

1981

1986

1991

1996

2001

Albanel

2 570

2 871

2 892

2 653

1 957

1 987

2 436

2 495

2 496

2 540

2 455

Alma

14 517

20 323

25 132

27 388

27 927

28 945

30 333

29 383

30 191

30 377

30 126

Bégin

1 022

1071

1 055

1 005

1 011

1 006

1 007

1 045

953

920

924

Canton-Tremblay

1 558

2 016

1 387

1 367

1 432

1 939

3 136

3 292

3 535

3 665

3 579

Chambord

1 809

1 846

1 909

1 905

1 854

1 755

1 723

1 705

1 739

1 724

1 693

Chicoutimi

34 696

39 998

50 111

52 658

55 332

57 737

60 064

61 083

62 670

63 061

60 008

Desbiens

1 651

2 014

1 970

1 979

1 813

1 673

1 541

1 417

1 265

1 202

1 128

Dolbeau-Mistassini

8 205

9 774

11 334

12 347

13 077

13 924

15 448

15 288

15 023

15 214

14 879

Ferland-et-Boilleau

       

833

713

695

699

669

652

629

Girardville

1 598

1 768

1 733

1 753

1 484

1 496

1 638

1 584

1 391

1 350

1 285

Hébertville

2 968

3 169

3 249

2 936

2 914

2 559

2 515

2 452

2 400

2 438

2 425

Hébertville-Station

1 038

1 214

1 257

1 179

1 163

1 362

1 442

1 416

1 376

1 393

1 330

Jonquière

44 684

55 668

61 676

63 133

62 193

60 691

60 354

58 467

57 933

56 503

54 842

La Baie

13 096

16 653

18 583

19 708

19 801

20 116

20 935

20 753

20 995

21 057

19 940

La Doré

1 883

2 068

2 276

2 264

2 058

1 911

1 880

1 851

1 668

1 624

1 553

Labrecque

1 297

1 319

1 320

1 184

1 014

1 050

1 152

1 219

1 179

1 224

1 288

Lac-Bouchette

1 604

1 564

1 618

 1 591

1 680

1 685

1 703

1 654

1 485

1 445

1 370

Lac-Kénogami

251

525

371

450

520

685

958

1 044

1 374

1 517

1 834

Lamarche

   

580

650

587

565

591

564

562

564

527

L' Anse-Saint-Jean

1 179

1 183

1 459

1 350

1 429

1 503

1 478

1 371

1 266

1 250

1 155

Larouche

958

731

665

614

688

788

969

1 069

1 004

1049

1 050

L' Ascension-de-Notre-Seigneur

1 578

1 678

1 742

1 637

1 474

1 511

1 701

1 845

1 823

1 867

1 933

Laterrière

1 603

1 904

1 934

1 996

2 189

2 743

3 916

4 154

4 690

4 815

4 969

Mashteuiatsh

776

843

1 147

1 464

1 196

1 192

1 318

1 340

1 489

1 725

1 861

Métabetchouan

3 913

3 976

4 470

4 531

4 229

4 063

4 423

4 334

4 350

4 487

4 198

Normandin

3 901

4 166

4 246

4 026

3 823

3 844

4 041

4 069

3 957

3 873

3 524

Notre-Dame-de-Lorette

   

817

645

500

369

357

274

258

234

216

Péribonka

862

894

891

794

780

633

675

650

635

588

538

Petit-Saguenay

1 033

1 223

1 411

1 306

1 330

1 182

1 163

1 074

991

918

849

Rivière-Éternité

       

833

709

659

642

611

572

553

Roberval

6 299

8 079

9 213

10 196

10 223

10 529

11 429

11 448

11 628

11 640

10 906

Saint-Ambroise

2 287

2 577

2 778

2 813

2 805

3 169

3 606

3 655

3 586

3 605

3 463

Saint-André-du-Lac-Saint-Jean

814

848

770

682

610

565

582

623

606

580

554

Saint-Augustin

952

908

818

762

651

637

586

592

534

486

424

Saint-Bruno

1 885

2 001

2 226

2 271

2 246

2 259

2 580

2 590

2 628

2 428

2 384

Saint-Charles-de-Bourget

975

1021

961

863

760

752

742

765

711

715

703

Saint-David-de-Falardeau

1 043

1 259

1 312

1 394

1 575

1 692

1 876

1 986

1 966

2 137

2 347

Saint-Edmond

883

948

886

803

677

587

573

603

592

585

518

Saint-Eugène

1 058

1 137

1 067

1 024

751

669

689

715

692

651

608

Saint-Félicien

6 417

7 799

8 888

8 567

8 176

8 268

10 171

10 426

10 388

10 797

10 622

Saint-Félix-d'Otis

707

731

825

714

706

614

673

680

691

715

790

Saint-François-de-Sales

1 243

1 142

1 184

959

840

803

831

827

832

777

735

Saint-Fulgence

1 683

1 823

1 858

1 797

1762

1 859

2 122

2 160

2 170

2 078

2 003

Saint-Gédéon

1 631

1 740

1 654

1 697

1 672

1 646

1 690

1 785

1 803

1 877

1 923

Saint-Henri-de-Taillon

871

903

907

814

740

677

738

772

714

743

776

Saint-Honoré

1 826

2 076

2 184

2 055

2 213

2 657

3 362

3 643

3 789

3 851

3 835

Saint-Ludger-de-Milot

928

999

982

796

772

789

783

750

721

752

764

Saint- Nazaire

2 159

1 775

1 916

1 924

1 878

1 820

2 079

2 025

2 024

2 095

2 028

Saint-Prime

2 081

2 208

2 310

2 328

2 350

2 266

2 522

2 499

2 522

2 685

2 702

Saint- Stanislas

975

959

867

737

601

429

380

376

322

319

340

Saint-Thomas- Didyme

1 233

1 338

1 310

1 252

1 156

1 035

1 006

984

944

855

797

Sainte- Hedwidge

1 036

1 077

1 195

1 133

1 107

966

902

929

879

863

843

Sainte-Jeanne-d'Arc

1 448

1 514

1 449

1 170

936

953

1 047

1 072

1 113

1 158

1 128

Sainte-Monique

1 029

1 208

1 299

1 225

1 040

847

927

903

910

954

930

Sainte-Rose-du-Nord

428

539

585

563

498

522

491

431

408

403

409

Shipshaw

1 156

1 472

1 922

2 359

1 634

1 393

2 413

2 803

2 768

2 858

2 878

Saguenay (ville de)

97 044

118 236

135 984

141 671

143 313

145 304

151 776

151 596

153 965

153 476

148 050

Saguenay– Lac-Saint-Jean

197 910

234 672

262 426

267 682

265 645

268 491

279 888

285 099

286 159

286 649

278 279


RÉFÉRENCES

BERTIN, Jacques, (1967), Sémiologie graphique, Paris, Mouton, 431 pages.


SOUTIEN FINANCIER

Fondation de l'Université du Québec à Chicoutimi (FUQAC)

Table des préfets des municipalités régionales de comté (MRC)

Projets structurants à caractère régional (CRCD)


Majella-J . GAUTHIER, Carl BRISSON et Martin DION. Laboratoire d'expertise et de recherche en télédétection et en géomatique , Université du Québec à Chicoutimi, novembre 2003.