Variation de la population par municipalité, 1991-1996

BUT ET OBJECTIF

La population des municipalités et des villes du Saguenay– Lac-Saint-Jean a légèrement augmenté au cours de la période 1991-1996. Elle est passée de 285 919 habitants en 1991 à 285 455 en 1996, soit un petit gain de 536 personnes. Dans un tel contexte, il est intéressant de voir l’évolution démographique des centres urbains et des municipalités. Quels sont ceux et celles qui ont subi une baisse ou une augmentation de la population? Comment apparaît cette variation dans l’espace?

ASPECTS MÉTHODOLOGIQUES

Les données de la population proviennent du Recensement du Canada de 2001 et de celui de 1996. Elles font référence au nombre de personnes qui résidaient dans chacune des municipalités (subdivisions de recensement) lors de ces deux recensements. La représentation cartographique est conçue à l'aide de plages de couleur qui représentent la variation de la population en pourcentage entre les années 1991 et 1996. Les cinq classes sont définies selon la méthode des seuils naturels. Il est à noter que la formule de calcul de la variation par pourcentage entraîne des changements relatifs plus grands (peut-être exagérés) pour les municipalités de petite taille démographique que pour les centres urbains. C’est pour contrer cette limite que les écarts en nombre de personnes par rapport à la tendance générale de la variation ont été calculés pour chaque municipalité

COMMENTAIRE

Les municipalités et les centres urbains sont classés dans cinq catégories de pourcentage qui varie entre –13,8 % et 15,8%. La lecture de la carte nous fait voir que 26 municipalités ou centres urbains ont subi une diminution de leur population alors que 36 municipalités ont leur population augmenter. Tout d’abord, les huit centres urbains ont des taux qui ne varient pas dans les extrêmes. Ils se maintiennent dans les mêmes valeurs, comme c’est la cas pour Roberval, La Baie, Chicoutimi, Alma, Mistasini et Dolbeau. Quant à Jonquière, il épouse un profil en baisse légère (12,5 %) alors que Saint-Félicien croît un peu (2,8 %).

Quant aux municipalités rurales, les taux vont d’un extrême à l’autre. En général, les espaces de banlieue et périurbains ou les plaines agricoles ont des taux élevés. Pensons alors la Lac-Kénogami, Shipshaw, Larouche, Canton-Tremblay, Saint-David-de-Falardeau et Saint-Félix-d’Otis dans le Haut-Saguenay, à Saint-Nazaire et à Saint-Gédéon autour d’Alma ainsi qu’à d’autres municipalités voisines des centres urbains comme Saint-Prime et Saint-Méthode. Ailleurs, principalement dans le Bas-Saguenay, dans le nord-ouest du Lac-Saint-Jean et sur le bouclier canadien au sud deChambord, les taux de diminution sont vraiment les plus importants, notamment à Saint-François-de-Sales avec –13,8 %.

Pour avoir une vue plus complète des changements, l’analyse de la tendance générale de l’évolution de la population des municipalités a été réalisée. Nous avons fait appel à l’analyse de régression des données de 1996 en fonction de 1991. Les chiffres qui apparaissent à la droite du tableau indiquent de combien la population de 1996 aurait dû changer si elle avait suivi la tendance générale des municipalités de la région sur la période allant de 1991 à 1996; ce sont des écarts en nombre ou des « résidus » . D’un côté, par exemple, le plus grand écart se situe à Jonquière; en effet, elle est en déficit de 1 015 personnes. Autrement dit, elle aurait dû avoir, en 1996, 1 015 personnes de plus qu’en 1991. Saint-Bruno, Saint-Fulgence, Saint-François-de-Sales et Saint-Thomas-Didyme ont le même comportement. De l’autre côté, certaines municipalités ont vu leur situation démographique se développer davantage que la tendance générale. Voici les exemples des écarts positifs les plus élevés : Chicoutimi avec 746, Alma avec 341, Saint-Félicien avec 279 et la réserve amérindienne de Mashteuiatsh avec 206. Par ailleurs, c’est Saint-Ambroise qui épouse le ,ieux la tendance au cours de la période étudiée.

Tableau 1 Évolution de la population au Saguenay–Lac-Saint-Jean, 1991-1996

Municipalités

Population

1991

Population

1996

Variation

1991-1996

(%)

Écarts à la tendance

Saint-François-de-Sales

832

717

-13,8

-149

Saint-Thomas-Didyme

944

855

-9,4

-122

Notre-Dame-de-Lorette

258

234

-9,3

-61

Saint-augustin

534

486

-9,0

-84

Saint-Bruno

2 628

2 422

-7,8

-228

Péribonka

635

588

-7,4

-82

Petit-Saguenay

991

918

-7,4

-106

Rivière-Éternité

611

572

-6,4

-74

Saint-Eugène

692

651

-5,9

-76

Desbiens

1 265

1 202

-5,0

-94

Saint-André-du-Lac-Saint-Jean

606

580

-4,3

-61

Saint-Fulgence

2 170

2 078

-4,2

-117

Bégin

953

920

-3,5

-66

Girardville

1 391

1 350

-2,9

-71

Lac-Bouchette

1 485

1 445

-2,7

-69

La Doré

1 668

1 624

-2,6

-72

Ferland-et-Boilleau

669

652

-2,5

-52

Jonquière

57 933

56 503

-2,5

-1 105

Normandin

3 957

3 873

-2,1

-98

Sainte-Hedwidge

879

863

-1,8

-49

L’Anse-Saint-Jean

1 266

1 250

-1,3

-47

Saint-Edmond

592

585

-1,2

-42

Saint-Rose-du-Nord

408

403

-1,2

-41

Saint-Stanislas

322

319

-0,9

-40

Delisle

4 281

4 256

-0,6

-37

Roberval

11 628

11 640

0,1

46

La Baie

20 995

21 057

0,3

155

Lamarche

562

564

0,4

-33

Saint-Ambroise

3 586

3 605

0,5

3

Chicoutimi

62 670

63 061

0,6

746

Saint-Charles-de-bourget

711

715

0,6

-30

Alma

25 910

25 127

0,8

341

Mistassini

6 842

6 904

0,9

66

Hébertville-Station

1 376

1 393

1,6

142

Hébertville

2 400

2 438

1,6

14

Saint-Honoré

3 789

3 851

1,6

47

Albanel

2 496

2 540

1,8

21

L’ascension-de-notre-Seigneur

1 823

1 867

2,4

17

Chambord

1 739

1 784

2,6

46

Laterrière

4 690

4 815

2,7

116

Saint-Félicien

9 340

9 599

2,8

279

Métabetchouan

3 379

3 474

2,8

77

Shipshaw

2 768

2 858

3,3

69

Saint-Nazaire

2 024

2 095

3,5

49

Saint-Félix-d’Otis

691

715

3,5

-10

Canton-Tremblay

3 535

3 665

3,7

113

Labrecque

1 179

1 224

3,8

14

Sainte-Jeanne-d’Arc

1 113

1 158

4,0

13

Saint-Gédéon

1 803

1 877

4,1

47

Saint-Henri-de-Taillon

714

743

4,1

-5

Lac-à-la-Croix

971

1 013

4,3

9

Sant-Ludger-de-Milot

721

752

4,3

-3

Larouche

1 004

1 049

4,5

13

Sainte-Monique

910

954

4,8

11

Saint-Prime

2 5221

2 685

6,5

140

Saint-David-de-Falardeau

1 966

2 137

8,7

145

Lac-Kénogami

1 374

1 517

10,4

118

Saint-Méthode

1 048

1 198

14,3

117

Mashteuiatsh

1 489

1 725

15,8

206

Ajoutons, pour des fins de description statistique, quelques valeurs de tendance centrale et de la variabilité des données sur les pourcentages de changement. Moyenne générale de la région : 0,22. Pour les municipalités : moyenne : 0,19, médiane : 0,6, étendue : 29,6, écart type : 5,4, coefficient de variation : 2,38.

RÉFÉRENCES

BOUCHARD, Louis-Marie, (1973), Les villes du Saguenay: étude géographique, Chicoutimi, Fondation de l'Université du Québec à Chicoutimi et Leméac, 212 pages.

GAUTHIER, Majella-J. et Louis-Marie BOUCHARD (sous la direction de), (1981), Atlas régional du Saguenay—Lac-Saint-Jean, Chicoutimi, Gaëtan Morin éditeur, Planches B1,B2, B3, B4.

SAVARD, Michel, (1994), Pour l’amélioration de la santé et du bien-être au Saguenay–Lac-Saint-Jean : État de la situation 1993, Chicoutimi, Régie de la santé et des services sociaux, 128 pages.

SOUTIEN FINANCIER

Projets structurants à caractère régional (CRCD)

Fondation de l'Université du Québec à Chicoutimi (FUQAC)

Majella-J. GAUTHIER, Carl BRISSON et Martin DION. Laboratoire de recherche et d’expertise en télédétection et en géomatique, Université du Québec à Chicoutimi, février 2003.