Densité de la population selon l’écoumène, 2001

BUT ET OBJECTIF

Dans une région comme le Saguenay– Lac-Saint-Jean , la répartition de la population constitue un élément important à considérer dans la compréhension de l’occupation du territoire. Cette répartition peut s’expliquer par différentes causes : la configuration géographique de la région, les différents modes d’exploitation du potentiel biophysique, les diverses modalités d’aménagement du territoire et de découpage de l’espace (systèmes des rangs et des cantons) ( Simard , 2003). Dans ce sens, la densité est le résultat de gestes posés dans le passé et son calcul permet de comparer des territoires dans le temps. Le calcul de la densité est également nécessaire, aujourd’hui, afin de mieux traiter des enjeux de consommation de l’espace, d’augmentation de la part des transports collectifs dans les déplacements urbains, de fragilisation de l’espace agricole, etc. Ainsi, le calcul de la densité de la population constitue un des bons instruments d’analyse descriptive de la répartition de la population.

L'objectif de la carte est de montrer le nombre de personnes qui habite sur chaque kilomètre carré de l’écoumène, soit l’espace habité. 

ASPECTS MÉTHODOLOGIQUES

La densité de la population montre le rapport du nombre de personnes par rapport à une portion donnée de territoire. En d’autres termes, la densité de la population décrit des valeurs relatives. Si dix personnes résident dans un espace de deux kilomètres carrés, l’espace concerné a donc une densité de cinq habitants au kilomètre carré.

Les données de la population proviennent du recensement du Canada de 2001. Elles font référence au nombre de personnes qui résident dans chacune des 57 municipalités (subdivisions de recensement). En 2001, la nouvelle ville d’Alma a été constituée. En 2002, ce fut la création de Saguenay. Nous avons additionné les populations d’Alma et de Delisle pour établir sa densité. Les populations des trois villes (Chicoutimi, Jonquière et La Baie) et quatre municipalités ( Canton-Tremblay , Lac-Kénogami , Laterrière et Shipshaw ) qui la constituent ont aussi été additionnées. Pour la cartographie, les données relatives aux municipalités ont été classées en cinq catégories selon la méthode des seuils naturels.

Règle générale, les cartes de densité de la population présentent une mesure pour des polygones dont les frontières sont biens définies (région administrative, municipalité, secteur de dénombrement, etc.) et qui servent souvent d’unité spatiale de base pour recueillir diverses données (socio-économiques par exemple). Cependant, la densité de la population peut varier à l’intérieur d’un même polygone. Par exemple, la densité n’est pas la même en milieu urbain qu’en milieu rural. Afin d’avoir une mesure plus précise de la densité, nous avons utilisé la surface de l’écoumène à l’intérieur de chaque municipalité.

Dans le cas qui nous intéresse, l’écoumène comprend, groupés dans un même ensemble, les espaces urbanisés (zones urbaines, zones semi-urbaines et complexes industriels), les terres agricoles (cultivées et les bleuetières) ainsi que les friches urbaines ou rurales. Les surfaces boisées et les étendues aquatiques (lacs et rivières) ont été soustraites de la superficie totale des municipalités. De ce fait, on obtient une mesure beaucoup plus représentative de l’occupation réelle du sol.

COMMENTAIRE

En 2001, la région comptait 278 071 habitants qui vivaient sur un écoumène total de 2 265 km2. Selon ces données, la densité régionale de la population selon l’écoumène s’établit à 122 habitants au kilomètre carré alors que la densité des municipalités varient entre 5 habitants au kilomètre carré à Notre-Dame-de-Lorette et 629 habitants au kilomètre carré à Ferland-et-Boilleau .

La carte montre des contrastes apparemment surprenants. En effet, on pouvait s’attendre à ce que les centres urbains aient une densité élevée (plus de 185 habitants au kilomètre carré) en raison de leur population plus grande dont Saguenay avec 399 habitants au kilomètre carré. C’est ce que montre la carte sauf une exception. Saint-Félicien a une densité plus faible en raison de la fusion récente de son territoire avec celui de Saint-Méthode (ajout d’espace agricole).

Cependant, ce qui surprend le plus, c’est le fait que plusieurs municipalités qui ont un caractère rural ont aussi des densités élevés. Ce phénomène s’explique sans aucun doute par des limitations en terres fertiles et par l’abandon des terres agricoles. Ce phénomène a pour effet de réduire l’espace réellement habité et d’en augmenter la densité humaine. C’est au Saguenay où le phénomène est le plus visible et plus particulièrement dans le Bas-Saguenay. À l’inverse, les municipalités du Lac-Saint-Jean présentent des densités plus faibles (moins de 54 habitants au kilomètre carré) en raison d’une plus grande proportion de terres agricoles et d’une moins grande population.

*Voici quelques valeurs statistiques qui expriment la tendance centrale et la variabilité des données. Population en 2001 : moyenne: 5 561 personnes; médiane: 1 220 personnes; étendue: 147 834 personnes, écart-type: 21 124 personnes; coefficient de variation: 3,198. Superficie de l’écoumène: moyenne: 45,286 km2; médiane: 33,195 km2; étendue: 2 264,28 km2; écart-type: 57,657 km2; coefficient de variation: 1,273. Densité de l’écoumène : moyenne: 117,271 km2; médiane: 47,06 km2; étendue: 623,74 km2; écart-type: 146,295 km2; coefficient de variation: 1,247.

Tableau 1 Densité de la population de l’écoumène des municipalités

Municipalité

Population en 2001

Superficie de l’écoumène

en km2

Densité de l’écoumène

en km2

Ferland-et-Boilleau

629

1,00

629,00

Rivière-Éternité

553

1,00

553,00

Saguenay

148 050

370,27

399,84

Saint-Félix-d'Otis

790

2,06

383,50

L' Anse-Saint-Jean

1 155

3,43

336,73

Larouche

1 050

3,29

319,15

Desbiens

1 128

3,61

312,47

Alma

30 126

105,98

284,26

Mashteuiatsh

1 861

6,99

266,24

Roberval

10 906

45,56

239,38

Sainte-Rose-du-Nord

409

1,89

216,40

Petit-Saguenay

849

4,32

196,53

Dolbeau-Mistassini

14 879

80,00

185,99

Saint-Fulgence

2 003

16,17

123,87

Saint-David-de-Falardeau

2 347

27,01

86,89

Saint-Ambroise

3 463

42,14

82,18

Hébertville-Station

1 330

18,89

70,41

Lac-Bouchette

1 370

19,80

69,19

Saint-Honoré

3 835

57,52

66,67

Saint-Félicien

10 622

169,40

62,70

Sainte-Monique

930

16,08

57,84

Métabetchouan Lac-à-la-Croix

4 198

74,27

56,52

Sainte- Hedwidge

843

15,17

55,57

Chambord

1 693

32,54

52,03

Saint-Ludger-de-Milot

764

16,06

47,57

Saint-Bruno

2 384

51,21

46,55

Saint-Gédéon

1 923

41,93

45,86

Saint-Nazaire

2 028

44,60

45,47

Lamarche

527

12,65

41,66

L' Ascension-de-Notre-Seigneur

1 933

47,65

40,57

Bégin

924

24,51

37,70

Saint-Prime

2 702

72,91

37,06

La Doré

1 553

44,46

34,93

Labrecque

1 288

37,66

34,20

Sainte-Jeanne-d'Arc

1 128

33,58

33,59

Hébertville

2 425

76,13

31,85

Girardville

1 285

40,52

31,71

Saint-Charles-de-Bourget

703

22,20

31,67

Albanel

2 455

86,83

28,27

Saint-Henri-de-Taillon

776

27,81

27,90

Normandin

3 524

132,46

26,60

Saint-François-de-Sales

735

30,86

23,82

Saint-Thomas- Didyme

797

35,72

22,31

Saint-André-du-Lac-Saint-Jean

554

27,39

20,23

Péribonka

538

32,81

16,40

Saint-Eugène

608

46,30

13,13

Saint-Augustin

424

32,65

12,99

Saint-Edmond

518

43,52

11,90

Saint-Stanislas

340

42,44

8,01

Notre-Dame-de-Lorette

216

41,03

5,26

RÉFÉRENCES

BOUCHARD, Louis-Marie, (1973), Les villes du Saguenay: étude géographique, Chicoutimi, Fondation de l'Université du Québec à Chicoutimi et Leméac , 212 pages.

CENTRE D’ÉTUDES TECHNIQUES DE L’ÉQUIPEMENT, (2002), La densité : concept, exemples et mesures, Éclairage sur le concept de densité et sur les différentes usages de ses mesures, Lyon, Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques, 88 pages.

GAUTHIER, Majella-J . et Louis-Marie BOUCHARD (sous la direction de), (1981), Atlas régional du Saguenay— Lac-Saint-Jean , Chicoutimi, Gaëtan Morin éditeur, Planche B4.

SAINT-JEAN, Richard, (2002), Contribution à la cartographie de l’écoumène du Saguenay– Lac-Saint-Jean , Chicoutimi, Université du Québec à Chicoutimi, Mémoire de baccalauréat, 67 pages.

SIMARD, Majella , (2003), La fragilité de l’espace rural québécois: le cas des petites localités du Bas-Saint-Laurent; enjeux et perspectives d’avenir, Thèse de doctorat présentée à l’Université du Québec à Rimouski, Doctorat en développement régional, 964 pages.

SOUTIEN FINANCIER

Projets structurants à caractère régional (CRCD)

Fondation de l'Université du Québec à Chicoutimi (FUQAC)

Carl BRISSON, Majella-J . GAUTHIER et Richard SAINT-JEAN, Laboratoire de recherche et d’expertise en télédétection et en géomatique , Université du Québec à Chicoutimi, janvier 2003.